SOUTENEZ notre PARTICIPATION à la 2ème BIENNALE des PHOTOGRAPHES du MONDE ARABE CONTEMPORAIN

Réalisée sous l'égide de la MEP et de l'Institut du Monde Arabe, la 2ème Biennale des Photographes du Monde Arabe Contemporain est un évènement culturel important pour Paris, pour la Photographie du Monde Arabe Contemporain mais également pour tout le monde car, dans une période troublée par la barbarie de quelques uns, l'évènement est un signe tangible qui rappelle notre mutuelle considération respectueuse.

Pour la Galerie Thierry Marlat, participer à cet évènement est important. L'art est un vecteur idéal de partage du patrimoine universel humain. Il est aussi un lieu d'apprentissage et d'ouverture à l'autre inégalable.

La Galerie Thierry Marlat ne bénéficie pour cette participation d'aucune aide ni subvention.La production d'un tel évènement n'est pourtant pas sans enjeu financier.

Pour nous aider dans cette action, vous pouvez faire un don à la Galerie.

Selon la hauteur de votre aide, votre nom ou logo apparaîtra lors de l'évènement dans la galerie, sur notre site ainsi que sur nos publications. 

 

Et vous pouvez évidemment nous aider en vous portant acquéreur d'une ou plusieurs oeuvres des artistes exposés. Ces artistes émergeants continueront à être portés par la Galerie après l'évènement, auprès des collectionneurs et des maisons de vente aux enchères. C'est une garantie pour vous qu'à terme les oeuvres que vous achetez prendront de la valeur.

Vous pouvez déjà vous engager en pré-vente. 

Dans tous les cas, contactez-nous, nous vous renseignerons.

SOUTENEZ LA GALERIE

Steve Schapiro, The worst is yes to come, NY, 1968, gelatin silver print

L'artiste a été exposé à la Galerie Thierry Marlat en 2008

Une rapide revue de presse décrit la situation depuis près de 10 ans : les galeries d'art sont en péril par manque d'argent alors que le nombre de collectionneurs explose et que le nombre de créations artistiques explose également. Et si des responsabilités peuvent toujours être pointées du doigt

(lire par exemple l'article de 2013 des échos : https://www.lesechos.fr/10/02/2015/lesechos.fr/0204148073497_les-galeries-d-art-etouffees-par-les-foires-et-maisons-de-vente.htm),

le geste en question n'a jamais valeur de solution.

Artillerie lourde ? Infanterie ? Les raids en profondeur sont l'affaire de la cavalerie.

En matière d'art comme partout, le panel des outils (ou des armes) se compose d'une artillerie lourde (que constituent les grosses galeries multi-nationales dont la politique est forcément de marteler aussi bien l'information culturelle que les salles de vente pour que leurs spéculations s'imposent), d'une infanterie (galeries plus ou moins éphémères dont la reconnaissance en terme d'expertise dépasse largement les frontières d'un territoire local : une rue, un quartier, un arrondissement, un cercle fermé Facebook...), et enfin, d'une cavalerie, armée de reconnaissance, spécialiste des raids dans la profondeur, élément stratégique central pour qui veut construire du solide, du durable (ce que l'on sait depuis Alexandre Le Grand...)

En matière d'art, la cavalerie est peu nombreuse : ce sont quelques professionnels, généralement plus marchands d'art que galeristes  qui ne cherchent pas à dominer le monde coûte que coûte et qui pratiquent leur art (acheter et vendre des oeuvres d'art) sur le long terme, porté par une âme de chercheur d'or et une foi inébranlable. Ces marchands d'art (qui généralement sont tout de même galeristes puisqu'avoir pignon sur rue compte...), se comptent sur le doigt de la main dans le monde, et ne s'identifient qu'avec le temps parce que c'est le temps qui fait la preuve de la qualité de leur expertise. Autant dire que la première gageure est de tenir le coup !

De la cavalerie à la chevalerie, il n'y a pas loin 

Evidemment, la mission de ces galerie de cavalerie est loin d'être simple. Ils ne développent pas de politique offensive de lobbying, puisque leur art consiste justement à travailler dans le temps et sur le fond ; et ils ne sont pas non plus dans le corps à corps local parce que leur identité dépasse généralement très largement l'esprit commun d'un quartier, d'une rue et même d'un peuple... 

La cavalerie, comme la chevalerie, voit sont travaille grandement facilité par les moyens, entendez : les finances.

Pourquoi ? Parce que les crises tendent à étirer les situations vers des paroxysmes et à caricaturer les organisations subtiles.

Ainsi, la crise actuelle (qui dure depuis près d'un siècle !) tend à faire croire que la monde des marchands d'art et galeristes se divise en deux camps : d'une part l'artillerie lourde bien visible qui peut laisser penser que le marché de l'art est sans fondements et d'autre part l'infanterie qui, par opposition, tend à plaider pour un refus de la valeur marchande des productions artistiques. Dans cette cartographie simpliste, la chevalerie est bien souvent gommée...

Les crises sont notre "way of live" depuis près de cent ans. La situation ne va pas s'arranger demain. Cependant, elle risque de se redresser après demain... surtout si nous y travaillons !

C'est, il me semble, grosso-modo, le message français depuis les dernières élections, message adopté par la communauté internationale puisque celle-ci place désormais la France comme le premier leader mondial en matière de soft power.

(cf. le classement Forbes : https://www.forbes.fr/classements/classement-soft-power-france-pays-le-plus-influent/)

La mission chevaleresque de la Galerie Thierry Marlat 

La Galerie Thierry Marlat n'est pas une multi-nationale.

Pourtant les artistes qu'elles a sélectionnés sont tous devenus des artistes majeurs du monde de la photographie d'art.

Pour l'illustration : en 1998, l'aventure de la galerie débute avec l'exposition du portfolio d'un artiste américain inconnu en France et dont les photographies avaient fait scandale aux Etats-Unis : le XYZ de Robert Mapplethorpe s'échangeait pour quelques centaines de francs à l'époque. En 2014, Robert Mapplethorpe était présenté simultanément au Grand-Palais et au Musée Rodin à Paris, sa renommée mondiale n'est plus à rappeler...

La Galerie Thierry Marlat est une galerie résolument parisienne : mais après tout, Paris est historiquement une des places de choix en matière d'art, et en matière d'ouverture internationale à l'art ! Il faut continuer à sélectionner les artistes majeurs du monde entier, s'en nourrir et ne rien concéder jamais en terme d'exigence. Plus un marchand d'art sélectionne des artistes élevés, plus il s'élève et plus les collections qu'il constitue contribuent au patrimoine (mondial et humain) de demain.

La sélection de la Galerie Thierry Marlat est drastique, sans concession.

Mais la Galerie prépare ainsi l'avenir du marché de l'art de demain et l'émergence d'une photographie d'art nouvelle, inédite, inattendue, surprenante, engageante, bref : enrichissante.

Le travail auprès des grands collectionneurs, avec les salles des ventes, est long parce qu'il est opéré selon les règles de la chevalerie : le sens de la fidélité, de l'honnêteté, et le sens de la libéralité. La latence est grande et, cqfd !, en attendant, il faut tenir le coup...

Dons & Soutiens

 

Vos dons et soutiens nous permettent tout simplement de continuer l'activité de la galerie et de la maintenir en place.

Le commerce d'oeuvres d'art n'a pas besoin de pignon ; ce sont les pignons sur rue qui ont besoin du commerce des oeuvres d'art qui s'exposent en son lieu.

La Galerie Thierry Marlat est une vitrine importante d'un motus vivendi sensible, difficile à appréhender, impossible à prévoir.

La Galerie Thierry Marlat ne bénéficie d'aucune subvention de l'Etat, de la région ou de la ville, quand bien même elle participe au paysage culturel parisien et français.

Sans vous, nous serions morts depuis longtemps...

Grâce à vous, nous continuons, et nous ne sommes pas nombreux dans le créneau !

Vos dons sont là pour permettre à la galerie et à son équipe :

- de conserver son pas de porte

- de continuer son travail de recherche des photographes d'aujourd'hui

- de continuer à produire les tirages des photographes qu'elle présente

- de poursuivre son travail auprès des grandes salles de vente internationale et de renseigner ainsi le marché sur une esthétique, une exigence et une expertise hors les caricatures, c'est-à-dire durable.

Par vos dons, vous soutenez nos projets et notre participation aux projets institutionnels qui sont également des collaborateurs importants dans le métier du marchand d'art.

Nos contreparties

Vous êtes un particulier : 

Si votre don est inférieur à 500 euros, vos obtenez nos chaleureux remerciements,

Dès que votre donc dépasse 1000 euros (même s'il est effectué en plusieurs fois), vous recevez un présent de notre part...

Si votre don dépasse les 1500 euros (même s'il est effectué en plusieurs fois), le présent prend la forme d'un tirage (non signé, non numéroté mais réalisé par l'artiste lui-même)

Si votre don dépasse les 2500 euros, le tirage est signé, numéroté, daté, dans une édition limité...

Vous êtes une entreprise :

Vos dons et soutiens sont remerciés par l'affichage de votre logo au sein de la galerie et sur notre site internet. Selon la nature et le montant du don, l'opération est associée à un évènement particulier ou l'activité de la galerie sur une période fixée (semestre, année...) selon la nature de l'aide apportée et vos préférences...

Dans tous les cas, contactez-nous, nous vous enseignerons !